mercredi, 30 mars 2016 05:18

Des enfants âgés d'à peine 8 ans se livrent au sexting

    Avec l'avènement des technologies mobiles et internet de notre monde moderne, beaucoup de choses ont changé au cours des dernières années. Les plus impliqués dans ces changements ? Nos enfants, évidemment !

    En effet, le changement peut particulièrement se sentir chez les tout-petits, les préadolescents et les adolescents. Par exemple, quand nous étions nous mêmes des bambins, nos amusements consistaient simplement à courir après les uns et les autres, à manger du sable et autres bêtises alors mêmes que nos enfants de l'ère numérique utilisent des Smartphones ou des tablettes pour se divertir.

    En outre, la question du sexe et les questions relatives au sexting qui en découlent sont devenues un défi pour les parents.

    Pouvez-vous imaginer que les enfants d'aujourd'hui, âgés d'à peine 8 ans, ont déjà vu ou participé à une activité de sexting dans le cadre de leur vie quotidienne ?

    L'étude du syndicat d'enseignement des Etats-Unis

    Comme le démontre une récente étude menée par un syndicat d'enseignement aux Etats-Unis (NASUWT), la majorité des enseignants pourraient facilement se rappeler les incidents vécus avec des enfants s'adonnant au sexting au sein de leur école.

    En outre, environ un 1/4 des enseignants admettent avoir eu connaissance que des enfants de 11 ans, pratiquait ce sexting.

    En fait, selon l'enquête, dans la plupart des cas, les enfants âgés de 13 à 16 ans, ont déjà été impliqués dans des incidents liés au sexting.

    Qui plus est, il est à noter le fait que le cas d'un enfant de 7 ans pratiquant le sexting a été constaté.

    Certains parents ne le savent peut être pas mais les conséquences engendrées par les activités de sexting, sur les enfants peuvent être dévastatrices.

    Comme l'enquête le déclare, les enfants ne sont pas seulement exposés à l'intimidation en ligne lorsque les photos sont partagées mais ce qui est plus grave, ce sont les cas d'enfants susceptibles de devenir des cibles pour les délinquants sexuels.

    1200 cas recensés, d'adolescents partageant des images indécentes

    Il convient également de souligner que, selon "The Guardian", ChildLine a soulevé en 2015, plus de 1200 cas d'adolescents concernés ou responsables de partage de photos indécentes.

    N'est-ce pas terrible ?

    Voilà, en résumé, un fléau sordide contre lequel les logiciels espions tels que FlexiSPY ou encore mSpy sont nécessaires.

    Par conséquent, il devient aujourd'hui évident que les enfants dont les activités sociales sont intimement liées à la vie numérique - en particulier ceux âgés de 7 à 16 ans - doivent être surveillés.

    En attendant que solution juridique soit établie, il convient de rappeler que les programmes de surveillance à distance pour Smartphone et tablette restent les instruments clés pour protéger les enfants "modernes" en ligne.ils sont les meilleurs moyens à notre disposition aujourd'hui, pour vraiment contrôler et vérifier ce que font les enfants lorsqu'ils s'isolent avec le téléphone portable.

    Avec des fonctionnalités comme le suivi GPS par exemple, ou encore, la possibilité de lire les textes des tchat et, de voir les multimédia partagés avec les contacts, les parents peuvent réellement savoir si leurs enfants sont en danger ou, expriment des comportements dangereux.

    Et, avec des fonctions comme les enregistrements de messagerie, y compris les textes et les emails, le problème de la cyber-intimidation peut être également évité.

    Avec les rapports d'historique de navigation Web, les parents concernés peuvent faire en sorte que leurs enfants ne passent pas leur temps sur les sites pornographiques ou, en tout cas, sur des sites pour adultes.