lundi, 25 avril 2016 05:49

Evènement tragique : 3 harceleuses en ligne agressent physiquement une jeune fille

    C'est le triste évènement de la semaine, qui se passe aux Etats Unis mais, qui se produit chaque jour aux quatre coin du monde. C'est l'histoire de trois intimidatrices qui, ont frappé à plusieurs reprises, de coups de pied, une jeune fille qu'elles avaient harcelé en ligne et à l'école.

    Une terrible attaque

    La police a récemment arrêté trois jeunes femmes parce qu'elles avaient commis une terrible attaque, laissant une jeune fille de vingt ans, le visage ensanglanté et le nez cassé.

    Selon le rapport de police, la jeune fille - qui n'a pas voulu être nommée - prenait un bain de soleil avec un de ses amis, sur les rives de la rivière Saluda, en Caroline du Sud. Les trois autres jeunes filles, Arlinda Craft, 18 ans, Anns Leigh Hill, 19 ans, et Megan Williams, 20 ans, les repérèrent alors en train de profiter du soleil et se sont approchés d'eux.

    Elles ont alors agressé la jeune victime en lui tirant les cheveux avant de la jeter au sol. Ensuite, la victime a été clouée au sol et sauvagement frappée.

    Ce qui est encore plus choquant, c'est que près de 30 témoins qui se tenaient là, des inconnus, regardaient et filmaient l'attaque. Il n'y eu qu'une jeune femme qui tenta d'arrêter le combat et de tirer la jeune fille hors des griffes de ses agresseurs, mais l'un des passants, déclara qu'il fallait rester à l'écart et ne pas interférer. Peut être - espérons le - ces badauds ne voyaient là qu'une dispute de récréation entre filles, malheureusement, cela n'était pas du tout le cas.

    Des actes répétés de cyber-harcèlement, avant cette agression physique

    Les filles qui ont commis cette attaque ont été accusés de coups et blessures dès le Lundi suivant. Selon la victime, ces filles étaient déjà responsables d'intimidation en ligne, et ce, à plusieurs reprises au cours de nombreuses années à l'école.

    Inutile d'ajouter, selon les dernières statistiques, que plus d'1/3 des enfants qui ont admis avoir commis des actes d'intimidation ou de harcèlement, avaient également admis le fait qu'ils n'étaient pas du tout encadrés par leurs parents.

    La responsabilité des parents au cœur de cet évènement et, au quotidien

    Les parents de l'ère numérique ne doivent pas ignorer que leurs enfants passent la plupart de leur temps en ligne. Ainsi ils peuvent soit être des victimes de cyber-harcèlement soit, être des agresseurs à leur tout.

    Il est ainsi plus que jamais, fortement recommandé d'installer des logiciels capables de surveiller les activités en ligne des enfants. Aux Etats-Unis par ailleurs, où la cyber-criminalité est monnaie courante, les parents installent depuis quelques années déjà, des programmes spécifiques nommés les "logiciels espions pour téléphones portables". Une fois ces logiciels de surveillance mobile installés dans le Smartphone ou la tablette de leur enfant, ils peuvent ainsi contrôler la moindre activité de ce dernier, y compris les prémices de la cyber-intimidation.

    Les logiciels de contrôle pour portable sont aujourd'hui les instruments clés pour protéger les enfants "modernes", en ligne.

    Ils sont les meilleurs moyens disponibles de nos jours pour vraiment reconnaître et identifier les intérêts et les préoccupations de tout enfant.

    Par exemple, avec des caractéristiques comme le suivi GPS ou, les journaux d'activités des appels ou de tchat sur les messageries instantanées (y compris Facbeook, WhatsApp, Telegram, Tinder et bien d'autres), les parents peuvent savoir si leurs enfants sont en danger lorsqu'ils sont connectés.

    Avec l'espionnage ou la surveillance des enregistrements de messagerie, y compris les textes, les emails et la plupart des messengers, le problème de la cyber-intimidation peut être évité.

    Avec les rapports d'historique de navigation Web, les parents concernés peuvent faire en sorte que leurs enfants soient en ligne mais, protégés de toute forme d'agression virtuelle et/ou réelle. L'une pouvant avoir des conséquences sur l'autre comme nous le prouve le tragique évènement relaté ci-dessus.