samedi, 16 avril 2016 06:32

POS, 420, GNOC : Le cyber-harcèlement révélé par un langage argotique

    C'est l'Australie qui dévoile au grand jour tout le fléau de la cyber-intimidation à l'âge de l'adolescence. C'est une enquête en Australie qui a révélé plusieurs faits sur ce phénomène planétaire, qui peut toucher tout adolescent ayant des activités numérique via les ordinateurs, les Smartphones ou les tablettes.

    La commission de sécurité numérique pour l'enfance va aujourd'hui publier un rapport révélant 124 cas graves de cyber-intimidation en Australie, envers des adolescents et des préadolescents, au cours de seulement, neuf mois.

    Au delà de l'enquête de la commission de sécurité numérique pour l'enfance , ce sont plus de 4000 autres jeunes touchés par le harcèlement en ligne, qui ont été désignés notamment par l'organisme de Télé-assistance pour enfants.

    Le départ du cyber-harcèlement, comment ça commence..

    Selon la commission de sécurité numérique pour l'enfance, les jeunes téléchargent fréquemment des photos innocentes via par exemple Facebook ou Instagram, et, souvent, des dessins obscènes, des mots ou des images, qu'ils font ensuite "recirculer" en ligne.

    "Nous avons traité des cas de cyber-intimidation grave, où des étudiants ont maltraités des camarades de classe, en envoyant en ligne de fausses rumeurs pour les ridiculiser(..)" a déclaré le commissaire, Alastair MacGibbon.

    "Nous avons aussi agi pour complètement retirer toute photographie nocive utilisée pour intimider ou rabaisser." ajoute t-il.

    M. MacGibbon déclarait par ailleurs qu'il était primordial que les parents signalent tout abus au fournisseur d'hébergement Internet, sans toucher aux contenus nocifs, car, il faut conserver les preuves (images, textes etc) du cyber harcèlement. Les parents peuvent par exemple garder les messages téléphoniques, prendre des captures d'écran et/ou faire des impression des e-mails ou des conversations.

    A cet effet, gardez à l'esprit qu'il existe des logiciels espions, capables de capturer toutes ces activités et, de les lister sous formes de journaux. Cela évite aux parents de tout vérifier tous les jours, sous réserve que l'adolescent accepte de vous donner son téléphone entre les mains.

    Il existe un argot typique qui peut révéler le cyber-harcèlement ou, toute autre forme d'agression virtuelle

    Les parents peuvent souvent être dépassés. En effet, les appareils modernes sont parfois compliuqés à prendre en main. Les messageries que fréquente l'enfant vous sont aussi inconnues et, par dessus, sachez qu'il existe un langage codé sur le net et pour les tchat. Ce langage peut révéler les dé&buts de la cyber-intimidation ou, la présence de prédateurs en ligne.

    A cet effet, c'est le gouvernement britannique qui a récemment fourni aux parents un guide pratique pour décrypter l'argot Internet couramment utilisé par les adolescents.

    Cela comprend des termes comme "POS", qui signifie "parent sur l'épaule" (autrement dit : "mes parents sont juste là et peuvent tout lire").

    Cependant, le chercheur en sciences sociales Mark McCrindle dit que l'argot d'internet est malheureusement en constante évolution. Cela implique qu'il faut tout le temps être à la page !

    "Il n'y a rien de nouveau avec l'argot des jeunes, il a toujours existé, mais dans un environnement en ligne, il se déplace très rapidement et il est plus difficile à déchiffrer," explique le chercheur.

    M. McCrindle déclare que les adolescents d'aujourd'hui comptent beaucoup sur un langage visuel composé essentiellement d'emojis, d'émoticônes etc.

    "Il est très difficile pour les parents de se tenir informés sur ce langage. La clé est vraiment dans le contexte des conversations, non pas tant le contenu," dit-il.

    Médias sociaux et destruction de la vie d'adolescents

    L'inspecteur-détective Michael Haddow, de l'unité de Police traitant de l'exploitation des enfants sur internet (NSW Police), déclare lui, que les parents devraient communiquer avec leurs enfants en leur demandant à quels sites ils accèdent et à qui ils parlent.

    "Parfois, ces choses bougent très vite et un enfant peut se sentir mal à l'aise dès le début et c'est ensuite une spirale qui aspire l'enfant vers le bas," dit-il.

    "Si l'enfant commence à se sentir mal à l'aise, il doit être en mesure d'en parler à une personne de confiance ou à ses parents."

    Elly Robinson, chercheur principal à l'Institut australien d'études familiales, dit que les parents doivent fixer des limites de temps pour les activités en ligne de leurs enfants, les encourager à utiliser leurs appareils dans les zones communes de la maison et éteindre le Wi-Fi pendant la nuit.

    "Les parents doivent se rendre compte qu'ils peuvent fixer des limites et surveiller le comportement en ligne, de la même manière qu'ils le feraient avec n'importe qu'elle autre activité de leur adolescent."

    Petit dictionnaire de l'argot du Web

    Pour finir, nous vous donnons ci-dessous, quelques unes des expressions les plus couramment utilisées par les jeunes lorsqu'ils sont en ligne. Etudiez les bien si vous ne les connaissez pas. Elles pourront vous être utiles pour déceler un individu mal intentionné ou, le début d'un cyber-harcèlement :

    420 - cannabis

    ASL - âge, sexe, lieu (pourrait signifier que votre enfant utilise une salle de tchat anonyme)

    BRB - Soyez de retour

    CD9 - Code 9 (les parents sont là)

    GNOC - se déshabiller devant la caméra

    GTG - aller on y va

    IRL - dans la vraie vie

    IWSN - Je veux du sexe maintenant

    KPC - garder les parents désemparés

    MDR - mort de rire

    LMIRL - on peut se retrouver dans la vie réelle (Note : attention ! code utilisé par les prédateurs en ligne)

    MOOS - membre du sexe opposé

    P911 / P999 - Alerte parent

    PAW - mes parents regardent

    POS / MOS - parents sur l'épaule / maman sur l'épaule

    RU / 18 - avez-vous plus de 18 ans ? (Note : attention ! code utilisé par les prédateurs en ligne)

    WYRN - quel est votre vrai nom ?

    WYSIWYG - Ce que vous voyez est ce que vous obtenez